De l’humour en situation conflictuelle

Alors que le FLNC recommençait à communiquer et à revendiquer des attentats, je me suis souvenu d’une inscription sur un mur que j’avais photographié il y a longtemps.

«
Le sourire permet de
mettre un peu de distance
avec le drame
»

De l’humour en situation conflictuelle - Sampiero Sanguinetti - Quì Magazine vol.7

J’était en 1978 ou 1979, à Montemaggiore en Balagne, des individus avaient écrit sur un mur : FLNC-Boum et avaient dessiné une bombe. La signature du FLNC ou le slogan IFF, I Francesi Fora, étaient des choses très courantes en ce temps-là, partout dans l’île. Ce qui me paraissait distinguer cette inscription à Montemaggiore était ce que j’interprétais comme une forme d’humour.
Or l’humour n’était pas véritablement ce qui caractérisait les militants nationalistes occupés à barbouiller les murs ou à poser des bombes. Dans ma tête, en souriant, j’intitulais cette inscription : « programme de gouvernement ». Mais j’hésitais dans l’interprétation qu’il était possible d’en donner. Soit le militant qui avait réalisé cette inscription annonçait tout simplement la couleur : « le sigle FLNC est inséparable de l’idée d’une bombe », soit de manière plus subtile venait-il d’inventer le moyen de perpétrer un attentat sans violence. Il avait posé une bombe clairement représentée, il l’avait fait exploser en écrivant « Boum » et il avait signé son acte du sigle de l’organisation clandestine. Était-ce une forme de distance avec son propre militantisme ? Était-ce l’expression d’un doute qui l’aurait conduit à penser que le FLNC ne pouvait servir qu’à poser des bombes ? […]

Partenaires

  • Nissan Xtrail
  • DS miniconi - Quì Vol.6
  • Nave va - quì magazine

Contact